Death and our digital ghosts

Death and our digital ghosts

Death and our digital ghosts

Click here to view original web page at Death and our digital ghosts

When we die, our data lives on. Our blogs, vlogs, social media accounts and emails we sent can be a permanent digital legacy. You might be tempted to stick your head in the sand just reading that, but it’s possible – and probably advisable – to plan a dignified digital demise.

Photograph of model railway scenery depicting a walled cemetery containing seven graves. Models of a man holding flowers and a clergyman strand over the graves. Three of the headstones are made of actual size USB memory sticks standing on their ends. On the sticks is the text, USB 3.0, 32GB.

In one of the artists’ studios below London’s neoclassical arts hub Somerset House, I am handed a curious object: a USB stick completely encased in clear epoxy. Printed on it is the French phrase “ne me quitte(s) pas” (from the classic love song by Belgian singer/songwriter Jacques Brel). This is a demonstration model of what participants receive in the performance of ‘Goodnight Sweetheart’ by Audrey Samson.

At a series of installations across the globe, the Canadian artist has been offering “digital data funerals”, where she dons a gas mask and protective gloves to symbolically dispose of all or a portion of someone’s online life, loaded onto one of these memory sticks, which she immerses in a block of fast-hardening resin.

As Samson makes clear with the somewhat ironic ritualistic aspect of ‘Goodnight Sweetheart’, erasing such data is actually very difficult. And this raises some equally difficult questions. It is not an issue that has troubled me duly until now: yes, I have noted down a few important log-in details for my missus, but beyond that have not thought at all about what will happen to my emails, digital images and postings spread across various social media accounts. Would I want them saved as a memorial or wiped away to save someone else the hassle?

How we face mortality and its commemoration is changing as our lives become increasingly digital: should we plan for what happens to our digital assets? And are social media platforms worthy places for memorials?

Living on through social media

Artists and academics have been musing on such questions since the early days of the internet, although new media companies have been slower to adapt their services to the fact that users die off and that people may actually care. Instead, these companies seem more concerned with their bottom line: in November 2019, Twitter threatened to purge inactive accounts, ostensibly to free up names for new users, but is now rethinking the plan after a backlash from those seeking to maintain posts from the deceased.

Other providers approach the challenge in different ways: Google offers the Inactive Account Manager service, while Facebook introduced the legacy contact option – allowing a trusted party to take control of someone’s page – in 2015. Before that the choice was either freezing an account as a memorial or deleting it.

Since Samson devised ‘Goodnight Sweetheart’ in 2014, she has seen how the public’s awareness of issues surrounding data politics has grown. “In the very beginning it was 99 per cent ‘I have never considered this before’,” she says. “Probably this year most people have heard about it, but maybe not thought about it profoundly. They’ve not dealt with it in the way many people haven’t sorted out their wills.”

It is often news stories that have captured people’s attention, sometimes via tragic events, such as the death in 2014 of Hollie Gazzard. The Gloucester hairdresser’s Facebook page was memorialised after she was murdered by her ex-boyfriend, unfortunately leaving pictures of the pair together that the site refused to take downuntil Hollie’s parents organised a publicity campaign involving an 11,000-signature petition.

Dr John Troyer, Director of the Centre for Death and Society at the University of Bath, has been getting to grips with such issues for the best part of two decades, though the reality hit home when his sister Julie tragically died of brain cancer in 2018. Although she had not made any plans for her digital assets, Troyer found he could control his sister’s Facebook account from her phone, installing himself as legacy contact to access photos for their parents, contact her friends and raise money to pay for expenses.

Yet even an expert such as Troyer was not prepared for every eventuality, forgetting that when he accessed her account, Julie appeared to her contacts to be online. Luckily, a mutual friend got in touch straight away so he could disable that function. “I was in the situation of knowing exactly what to do, but also finding it extremely bizarre to be in the middle of it. There’s stuff that wasn’t done, but looking back, that’s OK. At the time, grief magnifies it like you wouldn’t believe.”

Troyer keeps a document with his own wishes and a spreadsheet of account details, and since his sister’s death he has reminded his parents to write theirs down as well.

Messages from the grave

Nowadays, holding details of online accounts and instructions for their disposal is a service increasingly offered by legal firms that deal in estate planning. Other companies also offer to store personal data in secure places, though Troyer warns that some of these organisations have already disappeared. “This has always been my challenge to companies that want to offer such a product: how does your service work in 10 or 20 years?” While executors of a will are compelled by law to carry out your instructions as far as possible, private firms are not so legally bound.

Other firms offer the ability to communicate once we have gone, by storing message videos to be sent to selected people at a future date, say from a parent to a child for an important birthday. Dr Stacey Pitsillides, a senior research fellow in design at Northumbria University, has been putting this possibility to the public in her ‘Tickets for the Afterlife’ events and has found them potentially more engaging than earlier examples, such as leaving letters.

“In some ways, we’ve always been able to do that, but the voice is a very powerful aspect, along with the idea that you send it at a particular time to a particular person.” Though again, the longevity of such enterprises remains an issue. “That’s what’s interesting about these companies that use words like ‘future’, ‘eternity’ or ‘for ever’. They claim to be quite solid, but that can be quite questionable.”

Planning your digital death

Our data, then, faces disparate threats from unthinking or unreliable service providers: treasured memories or mementos could be wiped clean without our assent, or thoughts and images that we would prefer to have edited could be indelibly fixed. Perhaps it is best that we take a proactive approach, as suggested by several protagonists in Oreet Ashery’s film ‘Revisiting Genesis’.

Here, the artist explores how dying people come to terms with their digital legacies through the interactions of various characters, including nurses and carers. One suggests Samson’s data funeral to a patient as a means of sloughing off their online baggage. Another raises a more positive possibility: sharing such information via an augmented-reality gravestone that gives mourners the option of accessing digital content in traditional places of commemoration, namely graveyards and gardens of remembrance.

Such technology already exists. Nowadays, when you order your gravestone or plaque, you could opt to add a Quick Response (QR) code. These markers are more familiar from accessing special offers in adverts, but here are cut into stone or metal, allowing mobile devices to link to online information, such as videos or biographies.

A real-life example is the memorial in a Southampton graveyard to Henry ‘Harry’ Witt, a stoker who died aboard the Titanic. Tracy Dunne, mother-in-law of a descendant of Harry, suggested the upgrade when a new memorial at the family grave was needed. It links to a website containing Harry’s career records and other memorabilia.

One problem with the use of such technology is the speed of change in IT: will QR codes last as long as graveyards? Tracy, though, finds the system works for her family’s situation. “We may change it in the future, but there are guided walks around the cemetery and we do get plenty of hits. It’s online so you don’t have to go the burial site, so we have family members in Australia that can look up the page, so it will remain online even if QR codes go out.”

Using dead people’s data

Looking further ahead, Ashery also examines futuristic possibilities such as uploading memories to create digital avatars for future generations to interact with. Though this isn’t yet a possibility, people are already being invited to export biographical information and other data that could be used to create such a phenomenon. Dr Pitsillides finds the concept useful for starting a wider debate about identity.

“Engaging the public in these issues brings to light other questions: it is not just what these technologies do and how they change our rituals and practices, but how they make us reflect on ourselves and what it means to be human.”

For Ashery, there are even more pressing concerns: “Everything we do online is extracting data from us, which not only contributes to ideas of algorithms, artificial intelligence and prediction of behaviour, but it’s used for financial gain, to foresee market trends and voting intentions. Before we had magic and séances; now we have technology taking that role. We have to be aware and critical of the extension of capitalism into death. We have to learn how to have control.”

Please get your digital affairs in order

Please get your digital affairs in order

Please get your digital affairs in order

Click here to view original web page at Please get your digital affairs in order

I really wish I hadn’t had cause to write this piece, but it recently came to my attention, in an especially unfortunate way, that death in the modern era can have a complex and difficult technical aftermath. You should make a will, of course. Of course you should make a will. But many wills only dictate the disposal of your assets. What will happen to the other digital aspects of your life, when you’re gone?

There are several good guides to “digital wills” and one’s “digital legacy” out there, including e.g. handling your Facebook and Google accounts, and I encourage you to both go to those links and research the subject further. A few things seem particularly worth noting, though.

One is that this is yet another reason to use a password manager such as LastPass or 1Password . That in turn becomes an itemized list of your online accounts, and comes with a built-in recovery mechanism which can be used to pass them on to your survivors and/or heirs. LastPass (my password manager of choice) actually has a detailed guide to “preparing a digital will for your passwords,” and third-party guides to using 1Password for this purpose exist as well.

Another is the problem of two-factor authentication. What happens in case of an accident which also destroys your phone or Yubikey? Or if your heirs can’t get past your phone password? Do yourself and them a favor: create 2FA backup codes, and add them to your password-manager emergency-recovery kit.

The more technical you are, the more complex your digital affairs are. For most people we’re just talking about email, social media and photos. But for technical people, and in particular developers, things get more complicated. Do you own domains? Do your heirs even know you own domains, and who the registrar is? Are they technical? If not, by the time they figure that out, the domains may well have expired. Do you have services running on AWS or GCP or Digital Ocean? Do you have private GitHub repos, or public ones with a nontrivial number of stars / forks / issues / wiki pages? Do you administer a Slack workspace?

If you find yourself nodding along to the above, you may want to identify a separate “technical executor” and give them some guidance regarding what you want done with all of the above. Even if they have access, nontechnical people may not really understand that guidance. A little advance work can make it substantially easier for those tasked with taking care of your affairs.

Finally, what about any cryptocurrency you might personally hold? Generally, cryptocurrency wallets come with some sort of recovery seed. Is yours in a safety deposit box somewhere? Do your heirs know it’s in a safety deposit box somewhere? If you want to pass your bitcoins on to them, you’re probably going to have to let them know. (Obviously there is a security trade-off here; depending on how much we’re talking about, you may wish to be more or less cautious about this.)

So, to summarize: Do further research on digital wills, and construct one. Use a password manager, which acts as an itemization of your online accounts and ensure your heirs can access its emergency recovery key. Provide them 2FA backup codes as well, and recovery seeds for your cryptocurrency wallets if any. Identify a technical executor as and if appropriate. Also — and this is pretty key — make sure that a few trusted people know you’ve done all this. Won’t do them much good otherwise.

You may well even have occasion to thank yourself for it, in case of some hardware loss or disaster. Regardless, your heirs will definitely thank you. None of us think that we’ll meet our demise randomly, without warning — but I’m here to tell you, from grim recent experience, it does happen. Be prepared.

Digital Life After Death

Digital Life After Death

Digital Life After Death

Click here to view original web page at Digital Life After Death

No one wants to think about their death, but it’s a fact of life. If you live a long life if it’s tragically cut short, at some point you will no longer be around.

Unlike previous generations, most people alive today will leave behind a digital legacy, mobile phone contacts and social media accounts to digital online photos.

Without proper planning, that legacy might end up causing more distress to your loved ones, with inaccessible social media pages, no control over comments being left, and possibly lost treasured memories.

Jump to…

The Data You Leave Behind

More and more of our life is being stored digitally; photos on our phones being backed up to cloud services and sorted into online digital albums, documents being stored online, address books and contact information in our phones and social media holding details of conversations with our friends and family.

While we’re alive and have full access to our memory and our devices, the security that is used to keep hackers out of these online services (mostly) does exactly what it is meant to. We can access the content freely and easily, others can not.

But what happens if you pass away or suffer a life changing incident that means you can’t access your data again? Do you want your loved ones struggling to get access to your online accounts when you can’t?

Data Law

The General Data Protection Regulation state that the GDPR only applies to you while you’re alive. Once you’ve died, personal information is no longer protected, and it’s up to each country to decide how that data should be treated.

This Regulation does not apply to the personal data of deceased persons. Member States may provide for rules regarding the processing of personal data of deceased personsGeneral Data Protection Regulation

The UK’s data law, the Data Protection Act 2018, does not make any provisions for data belonging to a deceased individual either.

Personal Information is any information relating to an identified or identifiable living individualData Protection Act 2018

It’s obviously not quite that clear cut. While your online photos will generally not affect other individuals privacy, granting access to a deceased person’s social media account means you are granting access to personal information of any contacts the deceased was connected to, and this could potentially breach the GDPR.

Until the UK Law deals with the issue of data ownership and access rights after death, it’s prudent to make your own provisions to ensure you have a say to what happens to your data after you die.

Where There’s A Will

You might not think about making a will, you might consider your assets and affairs don’t require one, but making a will and leaving an associated letter of wishes should be something you do regardless of your situation.

In your will you should include you wishes to grant various people access to your social media and other digital accounts (banking, cryptocurrency, household utilities etc) but leave the details of how to access the accounts in an associated Letter Of Wishes, this can be more easily updated if/when you change your logon credentials for example.

In the letter of wishes you can include details of the location of a secure password vault, and the means to access it. You can also put other various pieces of information; who should (and should not) be notified of your death, information on how you want your trustees to manage your estate, how you want guardians to bring up your children and so on.

Password Management Services

Passwords

Keeping an online, up-to-date password vault means that you can pass on the login details for your accounts and services after you die or otherwise become unable to access them. It’s also the absolute best way to make sure every password you use is unique and very complex – you don’t need to remember them, the vault does that for you. We wrote a post on this here: Do you want to know more?

Using a service like LastPass is good for basic user account information, the data is stored on the LastPass servers. Another similar service is 1Password which stores your data in an online encrypted store.

KeePass is another password vault, but unlike LastPass and 1Password, you can store different types of information and add comprehensive notes and attachments. KeePass data is saved in a standalone database, so can be saved into various online and offline locations (you can use synchronisation plugins to keep them all up-to-date) The database is encrypted with a master key.

These services can be integrated into your browser and smartphone, meaning they can automatically fill in user credentials on websites and apps, a great way to make sure you use complex unique passwords for every service, and only have to remember one password!

Password Input

There are other password storage services, like the ones built into your browser or smartphone such as Chrome’s password manager that syncs across your google account. They all have their own storage solutions and uses, but are typically not as encompassing and manageable as dedicated third party services, or may not have the same level of security, putting your account passwords at risk.

Access To Your Accounts

You should leave enough information so that your know loved ones will be able to access your password vault.

If you’re using an online service like LastPass, they’ll need to know the name of the service and the logon information.

If you’re using an offline service like KeePass, they’ll need to know the name of the service, the location of the database file and the logon credentials for the database.

Don’t leave the credentials in plain text for obvious reasons, instead make the credentials sufficiently complex, but easy enough for your family to work it out. (and don’t forget to update the details if you later change them)

You can leave the access details in your Letter Of Wishes with your will, and/or on a memorialised system like the Google email service (see below) that will send a message automatically on your behalf.

So the clue you leave might be “username is my nickname then an underscore and the year we first met” (obviously make sure you get the year right for many reasons!) and for the password “Password format is 9999%AA99aaa%Axxxxx and is the last four digits of my mobile phone number, the email sign, my first car registration number (matching the case), the star sign and the first word from the title of my favourite film

This should be sufficient to allow your family to be able to find and access your password store, from there they can log into your accounts and carry out any additional wishes you may have made.

Memorialised Account

Quite a few online services have considered what should be done with your online digital data once you are no longer able to manage it yourself. Some will simply freeze the account and put restrictions in place, others allow you to pre-configure actions.

We particularly like the Gmail way of configuring an account that’s not logged into for so many days, particularly the email facility. Combined with an encrypted attachment, this could be a secure way of passing on your account credentials if you are no longer able to access the information.

Facebook have a facility to memorialise and account if the account holder passes away. This locks the account down but keeps it visible so friends can family can share memories to it.

It’s a good idea to add a legacy contact to your account, this is someone who can manage your account once it’s been memorialised. A legacy contact can put a pinned post on your memorialised profile page, manage and delete tribute posts, see posts that your account is tagged in, respond to friend requests and generally manage your account. They can see all your posts (even ones set to private) but won’t be able to read your facebook instant messages.

To add a legacy contact, go into your Facebook settings, click EDIT next to Memorialization Settings and then type in a friends name and click ADD. Here you can also set if your legacy contact can download a copy of your Facebook data once your account is memorialised, and request that Facebook delete your account rather than memorialise it.

A memorialised account has ‘Remembering…’ in front of the owners name. It can still be tagged in posts and photos, and content you created will remain on Facebook unless the account is deleted. If you were the admin of a page on Facebook, that page will be deleted once your account is memorialised.

Once an account is memorialised it can not be logged into, even if your family have your login details. If you have not appointed a legacy contact, your account will not be able to be changed in any way.

To notify Facebook that a user has passed away, and change the account to a memorialised one, a friend or family member needs to contact Facebook via the memorialisation request page and send a copy of the death certificate.

If you are an immediate family member, you can request the account be removed rather than memorialised. To do this you need to send Facebook proof of your relationship to the account owner.

People with Google accounts can use the Inactive Account (IAM) Manager to determine what should be done if they can no longer access their account. This needs to be setup in advance so Google knows what your wishes are.

If the IAM is not setup, immediate family members can submit a request to Google to close a deceased person’s account, obtain information from their account and request a return of any funds in their account.

Inactive Account Manager

The Inactive Account Manager can be configured to manage your Google data if you can’t log into your account.

You can access the Inactive Account Manager Here: https://myaccount.google.com/inactive

You can choose how long your account needs to be inactive (inactivity is determined by a combination of last sign-in, activity listed on your Google Activity log and logins from Gmail and Android) before the Inactive Account Manager takes over.

Once the Inactive Account Manager takes over, the first thing you can set it to do is send an email and text message to you to check you’re not available. If there is no response to these communications, the Inactive Account Manager will then carry out your instructions.

This can include an automated email from your gmail account. You can email upto 10 people and you can grant them access to various Google services, such as your photos store, contacts, Google Drive, Hangouts, Maps, My Business and so on (see the Google Dashboard below) Google allows you to add the recipient’s phone number for verification before they can access your data, and you can add a personal message which will be sent to the recipient.

This is a great opportunity to include the details of your password vault, but make sure you keep it up to date if you change the service, location or credentials.

You can also configure an automated reply if you use your Gmail account, informing anyone who emails you, that you are no longer using this account.

Finally you can instruct Google to delete your account and all your data after three months.

Mort numérique : votre guide complet (et comment la gérer)

Mort numérique : votre guide complet (et comment la gérer)

Mort numérique : votre guide complet (et comment la gérer)

Click here to view original web page at Mort numérique : votre guide complet (et comment la gérer)

Je pensais que t’étais mort mec !

C’est ce que Marvin, l’un de mes amis en ligne de longue date, m’a dit lorsque je me suis connecté à ma plate-forme de jeu préférée après une longue absence. Après avoir ri et échangé les dernières nouvelles, j’ai réfléchi une seconde – et si j’étais vraiment mort ?

J’ai alors réalisé que je ne m’étais pas absolument pas préparé à ma mort numérique. Je serais parti pour toujours, et personne ne serait en mesure de fermer mes profils de réseaux sociaux ou d’autres empreintes numériques, car je n’avais pas pris les mesures nécessaires.

Pire encore, mes amis en ligne ne sauraient même pas ce qui m’est arrivé. Ils penseraient probablement que j’ai cessé mes activités numériques pour de bon et que j’ai oublié tout le monde. Cette prise de conscience m’a mis mal à l’aise – pas pour moi, mais pour ceux qui auraient à reprendre les choses là où je les avais laissées.

En effet, ce n’est pas facile d’être confronté à ce type de situation. L’un de vos amis s’est-il déjà évaporé sur les réseaux sociaux ? Sans aucun message d’adieu, aucune activité sur son mur et aucune réponse à vos messages ?

Il ne vous reste plus qu’à vous demander ce qui s’est passé. A-t-il simplement changé de vie, ou s’agit-il de quelque chose de plus grave ?

Peut-être que tout cela vous amène à vous demander si vous pouvez faire quelque chose pour éviter ce genre de situation lorsque votre heure sera arrivée. Et la réponse est oui.

Si vous vous êtes fait de nombreux amis sur Internet, ou que vous souhaitez éviter que vos précieux actifs numériques ne soient perdus à jamais après votre décès, ce guide vous est destiné. Personne n’aime évoquer la mort. Toutefois, le fait d’en parler et de se préparer en conséquence peut aider vos proches d’une manière dont vous n’aviez peut-être pas conscience.

Commençons.

Sommaire

Nous voyons des gens qui sont morts – et ça pose problème

La vie et la mort numérique – Vos actifs numériques après votre mort

Qu’advient-il de vos comptes de réseaux sociaux à votre mort ?

En quoi la planification de votre mort numérique est-elle difficile ?

Prévoir votre vie numérique après la mort

Préparer sa mort numérique

Derniers mots

Nous voyons des gens qui sont morts – et ça pose problème

Bien que le concept de mort numérique soit relativement récent, sa sinistre présence se fait déjà sentir en ligne.

Elle est particulièrement courante sur les plateformes de réseaux sociaux, et même si les utilisateurs de réseaux sociaux vivants n’aiment pas y penser, les profils fantômes de leurs amis décédés risquent de dépasser le nombre de comptes actifs d’ici quelques décennies.

À lui seul, Facebook comptait 30 millions d’utilisateurs décédés en 2012. Ce nombre devrait augmenter de plus en plus rapidement dans les années à venir.

En tenant compte des centaines de milliers d’utilisateurs des autres plates-formes de réseaux sociaux, la réalité des « cimetières de réseaux sociaux » ne semble plus aussi saugrenue.

Pourtant, peu d’internautes se préparent à la mort numérique. Selon un sondage mené par la Digital Legacy Associationplus de 80% des participants n’auraient rien prévu pour leurs profils de réseaux sociaux ou comptes numériques en cas de décès.

La mort numérique est un sujet qui gagne en importance chaque année, mais les personnes qui ont recours aux paramètres de contact légataire et de commémoration pour leurs profils restent une minorité. D’ailleurs, rares sont les internautes qui se soucient de consigner leurs souhaits en matière de patrimoine numérique. À la question : « Avez-vous rédigé un testament réseaux sociaux », près de 96% des participants ont répondu par la négative.

Il est de plus en plus courant de recevoir un rappel de la date de l’anniversaire d’un ami décédé sur Facebook ou Google Calendar, ou une notification LinkedIn pour fêter l’anniversaire de travail d’une personne qui n’est plus en vie.

Parfois, vous ne savez même pas qu’une personne est décédée, ce qui peut conduire à des situations délicates vis-à-vis des amis ou parents en deuil. Toutefois, le problème va bien plus loin que les réseaux sociaux.

Qu’en est-il des actifs numériques ?

Les actifs et biens numériques peuvent avoir une valeur à la fois sentimentale et monétaire. Toutefois, la grande majorité des gens n’y pensent pas. En effet, seuls 2,3% des participants au sondage ont déclaré avoir fait le nécessaire pour leurs biens numériques après leur décès.

Si vous n’avez pas organisé votre mort numérique à l’avance, votre famille et vos amis risquent d’avoir beaucoup de mal à mettre de l’ordre dans tous vos comptes numériques.

L’accès à vos ordinateurs, disques durs, téléphones et autre peut être impossible sans mots de passe ou clés de cryptage.

En outre, comment une personne peut-elle savoir qu’elle est autorisée à accéder à vos actifs numériques sans votre accord explicite, même en étant certaine que vous souhaiteriez dire adieu à vos amis, proches et d’autres personnes qui ont compté pour vous ?

La mort numérique : parlons-en

La mort numérique n’est pas un sujet « tabou ». Dans l’ensemble, peu de gens s’opposent à ce que les comptes de réseaux sociaux informent du décès d’une personne et se convertissent en lieu de commémoration.

En outre, bon nombre de personnes trouvent également un certain réconfort en consultant les profils d’amis et de proches décédés, que ce soit pour faire leur deuil, se souvenir de quelqu’un ou encore lui rendre hommage.

Le plus compliqué est d’être informé et conscient du fait qu’il faut se préparer avant qu’il ne soit trop tard. Dans le cas contraire, vous risquez de n’avoir aucune influence sur le devenir de votre identité et de vos actifs numériques.

Ce guide vous fournit des informations utiles sur le patrimoine et les actifs numériques, ainsi que des conseils et instructions sur la manière de gérer votre « vie après la mort numérique » tout en aidant vos êtres chers.

Nous allons commencer par les aspects les plus courants de votre identité numérique, et le travail que vous pouvez effectuer en amont.

La vie et la mort numérique – Vos actifs numériques après votre mort

Le premier pas vers la préparation de votre mort numérique ?

Commencer par les bases.

Si vous passez beaucoup de temps en ligne, vous disposez probablement d’un vaste éventail d’actifs numériques, et il est fort probable que vous en ayez oublié certains. Vos comptes bancaires en ligne, vos réseaux sociaux, votre stockage sur le cloud, votre crypto-monnaie, le contenu numérique acheté et vos comptes de messagerie ne sont que quelques exemples.

À votre mort, vous quittez le monde réel. Toutefois, ce n’est pas le cas dans le monde virtuel. La plupart de ces « miroirs numériques » resteront actifs comme si rien ne s’était passé.

Afin que vos profils soient mis à jour (ou désactivés), vous devez déterminer le niveau de contrôle que vous avez et la façon dont chaque plate-forme gère vos comptes en cas de décès.

Autant vous dire que c’est plus facile à dire qu’à faire. Le principal problème est qu’il n’y a pas de politique universelle. En effet, chaque plate-forme en ligne a sa propre manière de gérer le décès d’un titulaire de compte.

En outre, étant donné qu’il s’agit d’un sujet plutôt sinistre, les procédures sont rarement faciles à trouver et il faut se plonger dans les conditions de service pour obtenir des réponses. Vos amis et proches devront peut-être même contacter l’assistance après votre décès pour fournir une preuve et/ou demander la désactivation de votre compte.

Et ce n’est pas tout. Dans la plupart des cas, le titulaire du compte ne possède rien. Les conditions d’utilisation et contrats d’abonnement vous indiqueront, dans un langage prêtant volontairement à confusion, que le réseau social ou service de streaming détient l’intégralité de votre contenu.

Même si c’est vous qui avez rédigé un message, chargé votre photo ou acheté vos chansons, ils ne vous appartiennent pas forcément. Les internautes qui sautent de joie à cette idée sont rares. Et ceux qui le savent sont encore plus rares, mais c’est comme ça. Après tout, vous avez accepté ces conditions.

À présent, imaginez que vous avez des comptes sur Google, Facebook et Twitter. Il s’agit de trois des plates-formes sociales en ligne les plus populaires, et chacune d’elles a sa propre approche.

Qu’advient-il de vos comptes de réseaux sociaux à votre mort ?

Google

Google fait partie des plates-formes en ligne les mieux préparées en matière d’inactivité des comptes, que ce soit par choix ou en raison de circonstances tragiques.

Sa page Gestionnaire de compte inactif vous permet de choisir ce qu’il adviendra de votre compte, et qui peut y avoir accès en cas d’inactivité.

Vous devrez tout d’abord définir la durée de la période d’inactivité avant que Google ne vous considère comme un utilisateur inactif.

Ensuite, vous pourrez choisir jusqu’à 10 exécuteurs de votre compte, soit les personnes informées en cas d’inactivité. Vous pouvez préparer un e-mail à l’avance avec vos adieux et leur indiquer ce que vous souhaitez qu’elles fassent avec votre compte.

Vous pouvez également sélectionner ce que vous souhaitez partager avec les exécuteurs. N’importe lequel d’entre eux peut avoir un accès total, limité ou nul à votre compte Google, de vos e-mails et chats à d’autres services Google. La décision vous appartient.

Si vous préférez que votre compte soit supprimé une fois détecté comme inactif, c’est également possible.

Facebook

À votre mort, votre compte Facebook peut être supprimé définitivement ou utilisé comme lieu de commémoration.

Un profil Facebook de commémoration conserve l’intégralité de son contenu (photos, publications, etc.) mais n’apparaît pas dans des endroits tels que des suggestions d’amis ou publicités. En outre, les notifications d’anniversaire sont désactivées et le mot « En souvenir de » sera apposé au nom de la personne.

Si vous avez désigné un contact légataire pour votre compte, cette personne peut rédiger une publication qui restera épinglée sur votre profil en permanence. D’autres modifications peuvent être apportées, y compris la mise à jour des photos de profil et – selon vos paramètres de confidentialité – le partage de souvenirs sur votre mur.

Contrairement à Google, votre contact légataire n’aura jamais accès à votre compte, car Facebook interdit le partage de compte.

Un compte Facebook est « commémoré » après une demande valide d’un parent vérifié de la personne décédée. Il peut également être supprimé.

Par ailleurs, les pages Facebook dont le seul propriétaire est décédé seront également supprimées après avoir contacté l’assistance.

Twitter ne vous donne pas la possibilité d’organiser votre profil après votre décès. La plate-forme ne propose pas non plus de comptes de commémoration. Toutefois, vos proches peuvent quand même s’occuper de votre compte.

Si la plate-forme est informée du décès d’un utilisateur de Twitter, elle permet à « une personne autorisée à agir dans le cadre de la succession, ou avec une personne ayant prouvé qu’elle était membre de la famille proche », de demander la désactivation du compte en question.

De nombreuses preuves sont nécessaires : une copie d’identité, des informations sur la personne décédée et un certificat de décès. Bien que cela puisse être difficile sur le plan émotionnel, c’est tout à fait normal dans une telle situation, et nécessaire pour éviter les abus.

Twitter peut également désactiver un compte en cas d’incapacité du propriétaire. Le cas échéant, une copie de l’identité du titulaire du compte et une procuration valide sont également nécessaires. Twitter affirme que toutes les informations requises sont confidentielles et seront supprimées après avoir été examinées.

Autres plates-formes

Comme vous pouvez le constater, les géants des réseaux sociaux traitent les comptes des personnes décédées de manière complètement différente. Voici comment d’autres plates-formes majeures gèrent ce type de situation :

  • Instagram appartient peut-être à Facebook, mais votre contact légataire n’a aucun pouvoir sur l’appli de partage de photos. Cela dit, les comptes Instagram peuvent être « commémorés » en contactant l’assistance technique. Vous devrez fournir une preuve de décès, des certificats de naissance et de décès, ainsi que la preuve que vous êtes le représentant légal de la personne décédée. Le compte peut également être supprimé.
  • LinkedIn propose un simple formulaire de contact pour demander la suppression du profil d’un membre décédé.
    À l’avenir, la plate-forme pourrait proposer une fonctionnalité de « contact légataire » similaire à Facebook, ainsi que la commémoration de compte.
    Gardez à l’esprit que vous devrez fournir des informations relatives à la personne décédée dans le formulaire, par exemple son nom, son profil et le lien qui vous unit.
  • iTunes ne dit pas grand-chose sur la gestion des comptes des membres décédés. Toutefois, la plate-forme indique que la licence ne peut pas être transférée. En d’autres termes, les « biens » iTunes sont simplement « loués » par les utilisateurs et ne peuvent pas être transmis à des proches.
    Le partage de compte est une violation des conditions de service d’iTunes. Par conséquent, la bibliothèque musicale d’un défunt, quelle que soit sa valeur monétaire ou sentimentale, est perdue après sa mort.
  • Les comptes PayPal des utilisateurs décédés peuvent être clôturés par des proches et personnes autorisées en contactant l’assistance. Les exécuteurs doivent fournir une copie de leur pièce d’identité avec photo et du testament (ou toute autre documentation légale) contenant des informations sur le défunt.
    Une preuve du décès du titulaire du compte initial (certificat de décès) est également requise. Si tout est approuvé, le compte en question sera fermé et les fonds transférés.
  • La procédure à suivre pour les portefeuilles de crypto-monnaie varie selon celui que vous utilisez. Toutefois, la plupart d’entre eux requièrent une sorte d’authentification privée. Il appartient au titulaire du compte de s’assurer qu’une autre personne peut y accéder avec les clés et mots de passe nécessaires après sa mort.
    Vous pouvez par exemple inclure ces informations dans votre testament. Vous pouvez également faire appel à un service externe, ou configurer votre portefeuille pour autoriser un accès partagé (comme l’option multisignature de Bitcoin, par exemple).
  • Les fichiers Dropbox des utilisateurs décédés sont accessibles via le dossier Dropbox dédié de leur ordinateur. Si vous n’y avez pas accès, vous devrez contacter Dropbox pour obtenir une assistance directe.
    Préparez-vous à fournir la preuve que la personne en question est décédée et que vous êtes légalement autorisé à accéder à ses fichiers, ainsi que d’autres informations générales (noms, adresses, votre identité et les ordonnances judiciaires, le cas échéant).
  • Steam traite chaque demande associée au décès d’un utilisateur de manière différente, et encourage vivement les proches de l’utilisateur en question à contacter l’assistance pour résoudre le problème.
    Toutefois, même si vous avez accès au compte de votre être cher, les noms de compte utilisés pour la connexion sont rarement modifiés.
    Afin d’éviter d’avoir à saisir les informations de connexion, vous pouvez utiliser la fonctionnalité « Partage familial » pour configurer l’accès à la bibliothèque de jeux de la personne décédée à partir d’autres comptes.
  • Snapchat et Tumblr supprimeront le compte d’un utilisateur décédé, à condition que la demande provienne d’un membre de la famille vérifié. Un certificat de décès peut être demandé.
  • Microsoft, Yahoo, AOL et de nombreuses autres entreprises ont des mesures plus traditionnelles. Le compte d’une personne décédée sur ces plates-formes peut être supprimé s’il est prouvé que la demande est valide.

En quoi la planification de votre mort numérique est-elle difficile ?

À ce stade, vous pensez peut-être qu’il est très difficile d’être correctement informé des politiques des différentes plates-formes en matière de décès des membres.

Et vous avez raison.

Outre le processus émotionnellement difficile de planification de votre décès, cette tâche prend du temps car chaque étape est différente.

Toutefois, posez-vous la question suivante : serait-ce si difficile si vous n’aviez qu’un seul compte de réseau social ? Et la planification de votre mort numérique serait-elle si compliquée avec des informations actualisées et une liste organisée de vos actifs numériques ?

Certes, se renseigner sur des politiques extrêmement différentes demande beaucoup de travail. Toutefois, deux autres facteurs compliquent encore plus l’organisation de vos biens numériques :

  • La législation sur la mort numérique en est encore à ses débuts.
    Il y a seulement trois décennies, la planification de la mort numérique n’existait pas. Cependant, la technologie évolue rapidement et la législation a souvent du mal à suivre le rythme.
    Prenons l’exemple des États-Unis, où plus de 30 États n’ont encore présenté aucune loi sur la planification des biens ou actifs numériques. Les autres pays sont dans la même situation. L’absence de lois établies signifie que les entreprises sont libres de fonctionner selon leurs propres règles.
    Malgré les progrès considérables accomplis au cours de la dernière décennie, la mort numérique est encore un sujet relativement inconnu, en grande partie à cause de l’absence générale de législation.
  • Vous possédez une pléiade d’actifs numériques, et c’est normal.
    De nos jours, il est habituel de posséder et d’utiliser régulièrement au moins trois dispositifs : un ordinateur, une tablette et un smartphone.
    En outre, il est fort probable que chaque périphérique stocke une grande partie de vos expériences dans la vie « réelle ». Qu’il s’agisse de photos, de vidéos, de documents, de jeux ou de tous types de comptes, ces fragments de votre vie sont précieusement conservés sur votre disque dur ou en ligne. Et qui dit biens numériques, dit mots de passe. Combien de mots de passe avez-vous notés, ou oubliés ?
    Sans organisation, il est facile de se laisser submerger par les efforts considérables que vous devrez déployer une fois que vous aurez décidé de vous préparer.
    Et ce sentiment est justifié, car il s’agit d’une tâche colossale. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle de nombreux internautes abandonnent avant même de commencer.

Bien que la planification de votre mort numérique puisse être pénible et fastidieuse, vous êtes le seul à pouvoir vous en occuper et vous vous rendrez service, ainsi qu’à vos proches. Vous pouvez bien sûr vous faire aider, mais personne d’autre ne peut réellement le faire à votre place.

Ne baissez pas les bras ! Même si n’est pas toujours facile, il est tout à fait possible de mettre de l’ordre dans vos biens numériques et de préserver votre mémoire avec un plan solide et le bon état d’esprit.

Prenez une profonde inspiration et concentrez-vous : vous assumez la responsabilité de votre vie numérique après la mort, et vous savez que c’est une bonne chose.

Prévoir votre vie numérique après la mort

Chaque plan qui se respecte a un objectif clair. La préparation de votre mort numérique comporte quatre aspects principaux :

1. Gérer votre patrimoine numérique maintenant pour que ce soit plus simple plus tard.

Mettre de l’ordre dans vos actifs numériques et veiller à ce que les amis ou proches choisis aient les moyens d’accéder à ce que vous considérez comme important pour eux constituent le principal facteur de motivation pour la planification de votre mort numérique.

Si vous possédez de nombreux biens en ligne à la valeur monétaire ou sentimentale élevée, vous souhaitez probablement qu’ils soient accessibles aux personnes qui comptent le plus pour vous.

Une liste organisée et à jour de votre patrimoine numérique vous permettra de préserver votre « vous » numérique. Il sera également plus facile pour vos êtres chers de conserver un souvenir immortel de vous.

2. Prendre le contrôle du destin de vos biens numériques à votre mort.

Dans de nombreux cas, le patrimoine numérique d’une personne devient inaccessible après son décès.

Certes, la décision de conserver ses biens numériques de valeur sous clé est parfois délibérée. Toutefois, il s’agit généralement du malencontreux résultat d’un manque de préparation, affectant toutes les personnes impliquées.

Si vous souhaitez éviter que votre empreinte numérique ne soit perdue à jamais, vous devez en prendre le contrôle pendant qu’il est encore temps. La décision du destin de vos biens numériques vous appartient, et, en faisant un petit effort, vous aurez l’esprit tranquille en sachant que vous avez laissé des instructions claires sur la gestion de vos biens en ligne à votre mort.

3. Aider vos proches.

La perte d’un proche est toujours une expérience traumatisante et douloureuse. Et c’est encore plus pénible si elle s’accompagne d’une pléiade de dispositifs et données en ligne à trier sans instructions claires.

Essayer de comprendre comment accéder à vos comptes et à vos médias peut être un lourd fardeau pour votre famille, en particulier pendant un processus de deuil intense. Par conséquent, la planification de votre vie numérique vous concerne vous, mais également vos proches.

En organisant les aspects numériques de votre vie et en fournissant des instructions à vos proches, vous leur épargnerez beaucoup de peine en cette période déjà difficile.

4. Aider vos collaborateurs.

Si votre travail est en étroite relation avec le monde numérique, la responsabilité de vous préparer au pire vous revient. Vous devez vous assurer que vos collaborateurs peuvent accéder facilement aux documents que vous jugez importants pour l’entreprise.

Entre la législation peu fournie sur la mort numérique et le paysage juridique en constante évolution, vous aurez probablement besoin d’une assistance professionnelle.

Le recours à un spécialiste dans ce domaine, ainsi qu’une préparation adéquate à la mort numérique dans un cadre professionnel, seront utiles à la fois pour vous et vos collaborateurs.

Préparer sa mort numérique

Chacun des quatre objectifs mentionnés ci-dessus est crucial pour un plan complet et réfléchi. Selon votre situation, l’un aura peut-être la priorité sur les autres.

Ces aspects essentiels de la planification de la mort numérique visent à vous fournir une meilleure idée des choses à traiter et de la façon de les présenter de manière simple et compréhensible. Voici les étapes à suivre afin de préparer votre mort numérique.

1. Identifier et organiser vos actifs numériques

La première étape des préparatifs de votre vie numérique après la mort est également la plus importante et la plus fastidieuse.

Si vous êtes déjà organisé, cela ne devrait pas être trop difficile. Toutefois, si vos actifs numériques sont dispersés, leur identification et leur recueil peuvent représenter une tâche colossale. Mais pas de panique, car les choses vont bientôt changer !

Faire un inventaire

Cela inclut vos comptes bancaires en ligne, mots de passe, réseaux sociaux, dispositifs numériques, documents et tout ce que vous considérez comme important. Inutile de vous souciez des détails pour l’instant : il s’agit simplement d’avoir un aperçu de vos actifs numériques les plus précieux.

Il est judicieux d’avoir recours à la bonne vieille méthode, à savoir un stylo et une feuille de papier. En effet, à moins d’être absolument certain que votre dispositif est protégé, mieux vaut ne courir aucun risque. Nous y reviendrons ci-dessous dans le paragraphe consacré à la sécurité.

Vous ne souhaitez pas conserver toutes vos informations au même endroit ? N’hésitez pas à faire des listes séparées pour chaque type d’actifs : professionnels, médias ou encore réseaux sociaux.

Gardez à l’esprit que la liste risque d’être longue si vous posséder de nombreux actifs numériques, qu’il s’agisse d’un inventaire global ou divisé en plusieurs catégories. D’ailleurs, un inventaire organisé par catégories peut être très utile par la suite, lorsque vous déterminerez les personnes qui auront accès aux différentes catégories de données.

S’informer

Une fois que vous aurez une idée globale des choses à préparer, il est temps de vous familiariser avec les politiques en matière de patrimoine numérique des plates-formes de réseaux sociaux pertinentes.

Nous avons précédemment évoqué la manière dont les réseaux sociaux les plus populaires traitent les comptes d’utilisateurs décédés. À ce stade, nous vous encourageons à creuser un peu plus pour voir ce que vous pouvez faire vous-même, au lieu de vous contenter de désigner des contacts légataires ou exécuteurs de compte.

Par exemple, saviez-vous que vous pouvez télécharger gratuitement une copie de vos données Facebook ? Il vous suffit de vous rendre dans les paramètres et de cliquer sur la boîte d’information en haut de la page :

Vous pourrez ainsi facilement transmettre des photos, des vidéos et d’autres souvenirs aux personnes qui comptent pour vous.

Vous pouvez également télécharger une archive de vos publications Twitter et effectuer une sauvegarde de votre compte Instagram via un logiciel tiers comme Instaport.

Fournir des informations détaillées

À présent, retournez à votre inventaire. Établissez une liste de noms d’utilisateur et de mots de passe pour les comptes que vous avez inclus.

Si vous ne parvenez pas à vous souvenir de toutes les informations de vos comptes, tirez parti de la fonctionnalité de récupération de mot de passe sur les sites en question.

Et si vous avez tout oublié, même votre adresse e-mail de récupération ou vos questions/réponses secrètes, évaluez l’importance de ce compte pour vous. Ensuite, contactez l’assistance pour récupérer les informations nécessaires.

Rappel : Il vous sera probablement demandé de prouver que vous êtes bien le titulaire du compte.

Officialiser les choses

Dernière chose, mais non des moindres : rédigez un testament et établissez une procuration si nécessaire. Cela vous permettra de traduire vos souhaits par écrit et de fournir des instructions claires sur la manière dont vous souhaitez que votre identité en ligne soit gérée.

Les testaments de réseaux sociaux sont en train de gagner du terrain en tant que document juridique valable. Ils remplissent exactement la même fonction qu’un testament traditionnel, mais pour votre présence en ligne.

Une fois que vous aurez pris connaissance des politiques en matière de patrimoine numérique des plates-formes de réseaux sociaux que vous utilisez, vous pourrez facilement rédiger un testament de réseaux sociaux. De nombreux modèles gratuits sont disponibles en ligne, et la rédaction ne vous prendra que quelques minutes.

DeadSocial met à votre disposition un modèle simple et gratuit pour les réseaux sociaux. Si vous recherchez un testament plus traditionnel, DoYourOwnWill propose un excellent modèle. Il ne vous faudra pas plus de 20 minutes après avoir complété un court questionnaire.

IMPORTANT : N’oubliez pas de signer votre testament ! Selon les exigences légales de votre pays, vous aurez peut-être également besoin d’une signature supplémentaire de témoins. En règle générale, nous vous conseillons vivement d’imprimer votre testament si vous l’avez rédigé en ligne, de le signer et de le conserver dans un endroit sûr.

Si vous n’êtes pas un expert en matière de testaments, de réseaux sociaux et de gestion de patrimoine numérique, il peut être judicieux de faire appel à un conseiller juridique pour éclaircir votre situation.

2. Sécuriser et autoriser

Une fois que vous en aurez terminé avec le gros du travail de préparation, vous devrez vous poser quatre questions cruciales :

  • Qui recevra vos actifs numériques ?
  • Comment y auront-ils accès ?
  • À quoi ressembleront vos instructions ?
  • Où conserverez-vous ces instructions ?

En d’autres termes, il vous faudra choisir des proches et/ou amis en qui vous avez confiance pour gérer vos différentes données, y compris votre contact légataire Facebook, les exécuteurs de votre compte Google et autres. Vous devrez ensuite leur fournir les instructions ou données nécessaires.

Vous souhaiterez peut-être également leur donner un accès direct. C’est encore plus complexe, car vous devrez gérer des dizaines de mots de passe, et parfois même le cryptage et l’authentification à deux facteurs.

Toutefois, l’accessibilité n’est qu’une partie du problème, l’autre étant la sécurité. À moins d’avoir tout noté, vous devrez copier/coller de nombreuses données confidentielles. Si votre ordinateur est infecté par un virus « keylogging » (enregistreur de frappe) ou un malware similaire, tous les noms et mots de passe que vous manipulerez seront susceptibles d’être facilement dérobés.

Alors, comment vous assurez-vous de pouvoir terminer ce processus en toute sécurité ? Voici les étapes les plus importantes :

S’assurer que votre PC n’est pas infecté.

Exécutez des analyses antivirus, des vérifications anti-malware et, si besoin, faites appel à un expert. Si vous n’êtes pas certain que votre ordinateur soit sécurisé, évitez d’établir une liste complète de vos informations d’identification importantes.

Utiliser un gestionnaire de mots de passe.

Si vous n’avez jamais entendu parler d’un gestionnaire de mot de passe, c’est le bon moment pour envisager d’un utiliser un. En effet, cet outil mémorise tous vos mots de passe à votre place, avec une sécurité renforcée en prime. Et cerise sur le gâteau, la plupart sont gratuits.

Les gestionnaires de mots de passe s’accompagnent d’une pléiade de fonctionnalités. Non seulement ils conservent tous vos mots de passe au même endroit, mais ils garantissent également un accès facile et des niveaux de sécurité plus élevés. Il vous suffit de vous souvenir de votre mot de passe principal (ou mot de passe maître) pour accéder à la base de données.

Les extras intéressants comprennent la synchronisation pour tous vos dispositifs et des mots de passe uniques pour le cryptage, ainsi que des sauvegardes locales, une protection anti-phishing et même une authentification à deux facteurs.

Si un stockage plus efficace et plus sûr de vos mots de passe vous intéresse mais que vous ne savez pas quel logiciel utiliser, nous vous invitons à jeter un œil aux meilleurs gestionnaires de mots de passe du marché.

Penser aux mesures de sécurité avancées actuellement en place (le cas échéant).

Si vos comptes ou gestionnaires de mots de passe sont protégés par des clés de cryptage ou une authentification à deux facteurs, les mandataires que vous choisirez risquent d’être dans l’impossibilité d’y accéder sans instructions.

Pour éviter ce type de situation, recherchez les mesures de sécurité actuellement activées. Notez-les et expliquez clairement la marche à suivre pour y accéder.

En cas de cryptage, vous devrez fournir des clés d’accès. Les entreprises de services sur le cloud (et autres fournisseurs de stockage crypté) ne seront généralement pas en mesure d’aider vos amis ou proches si vous ne leur avez pas communiqué les clés d’accès, car vous êtes le seul à les connaître. Cela risque d’entraîner la perte définitive de vos données cryptées.

En ce qui concerne l’authentification à deux facteurs, envisagez d’utiliser des clés de sécurité USB au lieu des traditionnelles notifications par SMS. C’est une option relativement récente, mais qui s’avère déjà bien plus sécurisée que les textos.

Google et Twitter ont déjà ajouté la prise en charge des clés USB dans leur authentification à deux facteurs, et d’autres plates-formes suivront certainement.

Si vous utilisez des clés de cryptage ou authentificateurs USB, vos données confidentielles sont bien plus sécurisées. Toutefois, vous devez prendre vos responsabilités concernant leur stockage.

En effet, les mandataires choisis accèderont bien plus facilement à vos actifs numériques s’ils ont ces clés à portée de main à votre mort. Malheureusement, si elles sont trop bien cachées, l’accès à ces mesures de sécurité risque d’être impossible. Nous vous conseillons donc de garder cela à l’esprit.

Il va sans dire que vos clés de sécurité doivent être conservées dans un endroit sûr, de préférence avec tous les autres documents relatifs à votre mort numérique.

Envisager une aide professionnelle.

Si vous vous sentez dépassé par toutes ces informations ou que vous avez du mal à vous organiser, vous pouvez toujours faire appel à des experts, par exemple un avocat ou un service Web, voire les deux.

C’est une chose de consulter un avocat concernant la documentation et la stratégie à adopter, et c’en est une autre de lui transmettre des informations extrêmement confidentielles. Par conséquent, nous vous conseillons vivement de bien vous renseigner avant de faire appel à une aide externe !

En effet, les faux « avocats » ou services suspects profitant des personnes vulnérables qui n’ont pas conscience de leur sécurité numérique foisonnent. C’est une autre raison pour laquelle il est important de vous renseigner sur les droits de vos actifs numériques. Plus vous êtes préparé, moins vous risquerez de vous faire avoir.

3. Communiquer

Vous avez identifié vos biens numériques, dressé une liste et abordé toutes les questions importantes relatives à la sécurité et aux autorisations ? Il est maintenant temps de réfléchir aux instructions.

La communication est une partie cruciale de la préparation de votre mort numérique. À ce stade, vous êtes probablement très bien renseigné sur le sujet et vous en comprenez parfaitement les tenants et les aboutissants.

Toutefois, ne présumez pas qu’il en est de même pour les personnes que vous avez choisies comme légataires et exécuteurs. En effet, elles ne sont peut-être pas au même niveau que vous, en particulier si la technologie n’est pas l’un de leurs points forts.

Vous devrez donc créer un guide pour bien préparer vos amis et proches de confiance.

Ainsi, vous aiderez vos êtres chers lorsqu’ils en auront le plus besoin en leur indiquant clairement les étapes à suivre et en regroupant les informations importantes en un seul endroit. Cela leur évitera du stress supplémentaire et une logistique dont ils pourraient bien se passer. Vous leur rendez service en les aidant à préserver votre mémoire.

Le guide devra être facile à suivre, avec des explications simples. Pas besoin de langage technique complexe. Les étapes devront être claires, et les informations nécessaires facilement disponibles. Dans le cas contraire, vous devrez indiquer clairement où les trouver, ainsi que tous les détails supplémentaires requis pour un accès facile.

Si vous confiez les différents aspects de votre identité numérique à des personnes différentes, envisagez de créer des guides personnalisés.

Par exemple, si vous savez que votre conjoint se débrouille bien en informatique, vous pouvez lui fournir des explications un peu plus poussées. Cependant, dans tous les cas, essayez de présenter les informations de manière concise.

Juste au cas où, prévoyez plusieurs exemplaires du/des guide(s). Conservez-les tous au même endroit, de préférence avec d’autres documents relatifs à votre mort numérique.

Petit conseil : évitez de conserver ces documents chez vous. Même si vous avez un coffre-fort et que vous faites preuve de prudence, le risque de cambriolage n’est jamais exclu. Si possible, optez pour un coffre-fort dans une banque ou un service de stockage sécurisé sur le cloud.

4. Faire ses adieux numériques

Vous avez travaillé d’arrache-pied pour organiser vos actifs numériques, mettre à jour votre liste de mots de passe, rédiger votre testament et laisser des instructions à vos êtres chers.

Et nous vous en félicitons ! Vous êtes maintenant prêt pour votre mort numérique. Toutefois, il y a encore une petite chose que vous pouvez faire.

À mesure que le monde évolue vers le numérique, notre réseau d’amis et de connaissances se développe. Et comme dans le monde réel, ces relations peuvent prendre de l’importance. Le deuil numérique d’un être cher est tout aussi triste et douloureux, mais il procure également un certain réconfort aux vivants.

C’est pourquoi, au fil des ans, de nombreuses applis et services ont été créés pour vous permettre de pré-enregistrer un message d’adieu qui sera publié lorsque votre heure sera venue. Certains vous offrent même la possibilité d’envoyer des salutations et vœux pour les occasions spéciales.

Si vous souhaitez dire adieu aux personnes de votre entourage virtuel qui comptent pour vous, l’un de ces sites peut vous aider :

  • SafeBeyond vous permet de créer et programmer des futurs messages pour vos êtres chers et futurs descendants. Vous pouvez envoyer des messages vidéo, audio ou écrits pour des événements importants tels que des anniversaires, etc.
  • GoneNotGone est un autre site permettant d’envoyer des messages à vos amis et proches après votre mort. Vous pouvez également préparer des vœux d’anniversaire, réciter des comptines ou simplement faire part de vos pensées.
  • MiLegacy propose un site Web et une appli qui vous permettent de raconter votre histoire. La fonctionnalité « classeur » conserve les principales réalisations de votre vie. Une alternative sympa si vous souhaitez laisser autre chose que des messages ou vidéos.
  • AfterNote peut enregistrer vos dernières volontés, ce qui peut être utile pour gérer votre patrimoine numérique. Vous pouvez également laisser des messages à vos êtres chers, créer une chronologie de souvenirs mémorables et même associer des mandataires à votre compte afin que vos informations puissent être consultées après votre départ.

Bien sûr, la décision de faire vos « adieux numériques » vous revient. Une chose est sûre : ces messages sont parfois suffisamment puissants pour adoucir un peu le processus de deuil.

Derniers mots

Certes, personne n’aime y penser ou l’évoquer, mais la mort numérique est un sujet sérieux qui mérite plus d’attention. Plus important encore, nous nous devons, à nous-même et à nos proches, de nous préparer au pire, même si nous n’avons aucune intention de quitter ce monde de sitôt.

La planification de la mort numérique est-elle complexe ? Oui. S’agit-il d’un processus long et fastidieux ? Parfois. Cela mérite-t-il d’y investir du temps et des efforts ? Absolument.

Chez vpnMentor, nous espérons sincèrement que ce guide vous aidera à mieux saisir les aspects importants de la mort numérique et à faire vos premiers pas vers la prise en charge de votre « reflet numérique ». Nous vous félicitions pour ce choix responsable et vous souhaitons bonne chance !

Si ce guide vous a paru utile, n’hésitez pas à le partager pour aider d’autres personnes à se familiariser avec la mort numérique et savoir comment s’y préparer.

Images

Is Technology Destroying Our Memory?

Is Technology Destroying Our Memory?

Brain waves
Brain waves

Without looking at your phone, how many numbers do you know by heart? What about your calendar commitments a week from now? Off-loading these bits of information to our devices is convenient, but has it changed our brains, or the way we understand and store memories?

That’s what cognitive scientist Dr. Jason R. Finley, Assistant Professor of Psychology at Fontbonne University, wants to find out. He’s researched whether technology is erasing our memories and wrote about it in his book, Memory and Technology: How We Use Information in the Brain and the World. We spoke to him about how 21st century habits affect our brain and why many researchers have been “asleep at the wheel” when it comes to this subject. Here are edited and condensed excerpts from our conversation.

Dr. Finley, how did you first become interested in human learning and memory?
As a college senior at UCLA I took a class on human learning and memory, and halfway through the course I was amazed to realize that the professor’s name was the same as the author of many of the classic journal articles we were reading: Dr. Robert A. Bjork. From him I learned that memory is all that we are, but memory is not necessarily reality. I also learned the joy of carefully crafting clever research to chip away at the mysteries of the mind.

Is memory and technology a growing field?
We humans have always been the species that extends itself into the environment, making and using tools to augment or event supplant our own abilities. But sadly, mainstream psychology research has long been asleep at the wheel with regard to studying how humans use technology to support everyday cognition. With a handful of early exceptions, hardly any psychologists have done any research on the interplay between technology (external memory, stored outside your brain) and human memory (internal memory, stored inside your brain). In my opinion, this incredibly obvious and important topic has just fallen through the cracks between adjacent fields of research, including psychology, human factors, philosophy of mind, anthropology, library and information science, personal information management and so on.

Dr. Jason R. Finley, Assistant Professor of Psychology at Fontbonne University
Dr. Jason R. Finley, Assistant Professor of Psychology at Fontbonne University

(Dr. Jason R. Finley)

Tell us about your own study. How does technology affect our memory?
When Dr. Farah Naaz and I were post-doctoral researchers at Washington University in St. Louis, a powerhouse of memory research, we ran a large online survey, using Google Forms and recruiting 476 participants from Mechanical Turk, asking people about how they use technology for memory purposes.

Over the course of your career you’ve received funding from Microsoft Research and NEH, but this study was crowdfunded, right?
Yes, that’s because our idea didn’t fit in the funded research plans of the professors we worked for, so we had to get creative, via crowdfunding on Experiment.com and with the help of the SciFund Challenge.

What did you find out in the course of your research?
We found a growing symbiosis between internal and external memory. Some people are concerned about relying on external memory too much, or losing internal memory abilities. Many others see it as an enhancement, allowing them to strategically distribute their memory efforts between their brains and their environments, and enabling them to do more both intellectually and socially.

Explain the difference between external and internal memory.
To put it broadly, external memory is augmenting internal memory for episodic purposes (i.e. specific episodes: first kiss, what you ate for lunch yesterday), and supplanting internal memory for semantic (i.e. passwords, trivia) and prospective (i.e. remembering to do something in the future – prompts, alarms, calendar entries) purposes.

Did your participants report any shifting patterns of behavior in these memory types?
One thing we did find in our survey was people reporting that external memory allowed them to devote less time and energy to remembering some things (e.g., appointments, phone numbers). Some said that they’ve been able to use their brains for more creative and big-picture purposes, which is something we’re still better at than machines. In that way I think we are using our brains more appropriately. There is more knowledge available to us now than ever before in human history, so it makes sense that we would be learning how to use our brains in ways that are different from how, say, Socrates did.

That’s interesting. So, when people bemoan tech is ruining our memories, that’s not exactly true.
What we can say is that technology is making memory different. We are offloading semantic and prospective information onto external memory, and we are using external memory to augment episodic internal memory.

So creating more space in our brains?
The human brain doesn’t fill up and run out of space like a hard drive; the capacity of human long-term memory is essentially unlimited. Rather, counterintuitively, the more knowledge you gain, the better your ability to learn even more, and that information is distributed as patterns across a vast network of neurons all over the cerebral cortex.

Is there evidence to suggest we now think in ‘keywords’?
That’s a very interesting question. No research has been done yet that I know of, but it does seem plausible, to the extent that we’re shaping our thoughts to be compatible with how our external memories are organized. Sometimes knowing the right keyword to use in a computer search makes all the difference. But this is also why I encourage students to use multiple synonyms when saving files for easier retrieval later.

Technology gives us the ability to store memories for future generations. Can you speak about this?
Yes. I just taught a new class I made called “Memory and the Human Experience” and this is an issue we covered. Digital legacy is a new and growing issue for humanity. When your body dies, all of the memories in your brain die too. But what happens to all of your external memories (diaries, essays, photos, emails, texts, social media posts, browser history, game saves, etc.)? This is worth thinking through ahead of time. To many of us, our memories may be more valuable than our material possessions. And there’s also the perspective of collective memory. So much information about our everyday existences is being recorded now, and that could be passed into the future for posterity. Think of the value to future anthropologists to have insights into the thoughts and feelings of people that lived in the 21st century.

How do you think memory retention and learning will change as we transition from handheld devices to wearables and then to intangibles, like AR and insideables?
Wearables make external memory capture more passive, so there’s less of a trade-off between capturing versus experiencing the moment. That is a good thing. There has been research showing that people, unsurprisingly, put less effort into memorizing material for a test when they expect to have an external record of the material when needed. But a broader open question is whether our very ability to internally memorize new information will atrophy with disuse in the long term. As the technology of external memory becomes more closely integrated with our bodies and especially our nervous system, it will be easier to rely on it instead of our biological memory. As you pointed out in another article, we’re all cyborgs already.

Most kind, thanks for the plug. In your book, you quote Proust: ‘The greater part of our memory exists outside us.’
Proust explored the subjective experience of memory, and how it connects us to who we used to be, in beautifully expressive ways that complement what science can tell us. In that quote, Proust was referring to the power of environmental cues to unlock troves of memory in our own brains. Such reminding is indeed one way that external memory interacts with internal memory. But I co-opted Proust’s words to imply a greater meaning: not just that cues to memory exist outside us, but that memories themselves can exist outside us too.

As corporations shrink, institutional memory becomes lost. I interviewed the team at 8i, who are building holograms for international training programs to ‘store’ what’s known even when the people recorded are gone.
Wow, that sounds like an exciting idea. If we can clearly delineate all of an outgoing team member’s institutionally relevant knowledge, and offload that onto some kind of external memory, that would be great. A challenge is that so much institutional knowledge is implicit, and it’s hard to know what we know that other people don’t.

With the rise in AI assistants, are we not just offloading cognition onto the environment, but also training amanuensis who can help us remember (what we will not) as we age?
As we develop AI that has some agency and can to some extent understand what the human user does and doesn’t know, or is likely to forget, then yes, that would be an instance of external memory that could act as a transactive partner. I think there could very well be potential for an AI to help a person with declining memory ability, especially if the AI has been with that person for a long time. However, the history of AI has shown that it’s really hard to make them for anything but the most specific purposes. I’m not saying it’s impossible, just that it always seems to take much longer than we think.

Good point. Finally, what’s next for you?
I’ll be speaking at the conference of the Society for Applied Research in Memory and Cognition in Cape Cod, scheduled for June 6-9 about my work to date.